PLANTES : Faire pousser un avocat

Comment faire germer un noyau d’avocat facilement ?

Plusieurs personnes m’ont demandées comment j’avais réussi à faire pousser une famille d’avocats aussi je vais vous présenter les méthodes que j’ai testées et surtout celle qui a fonctionné.

Tout d’abord les méthodes testées et qui n’ont pas abouties, peut-être faute de patience ou de bonnes conditions (chaleur/expo/humidité) :

  • mettre en terre directement un noyau d’avocat => le noyau à fendu mais jamais vu de racines !
  • mettre la base du noyau dans l’eau avec des cure-dents => la méthode inratable il parait… sauf pour moi !

Aussi après ces tentatives infructueuses j’ai fait quelques recherches sur le net et j’ai vu que l’on pouvait faire germer des noyaux d’avocats dans un sac, aussi je me suis lancée et j’ai réussi à faire germer plusieurs noyaux très facilement.

Si vous voulez tenter l’expérience, cela peut être une chouette idée d’atelier avec les enfants, il vous faudra : un noyau d’avocat, un bout d’essuie-tout ou tissu, un sachet plastique, une boite avec un couvercle 


▶ Comment faire ?

  • choisir un noyau d’avocat bio de préférence
  • le rincer pour enlever les restes de chair
  • prendre un morceau d’essuie-tout ou tissu fin
  • humidifier très généreusement l’essuie-tout/tissu et envelopper le noyau d’avocat
  • placer le tout dans un sachet bien fermé
  • placer le sachet dans une boite ne laissant pas passer la lumière
  • placer la boite dans un coin sombre et tempéré de votre maison

Il ne vous reste plus qu’à patienter quelques semaines (environ 3-4 semaines) en vérifiant de temps en temps que l’essuie-tout/tissu soit bien humide, au besoin le re-mouiller.

Lorsque que la racine sera assez grande vous pourrez le mettre directement en terre, en ne recouvrant pas complètement le noyau. Vous allez apercevoir deux pousses sur votre avocat : une sera la racine à mettre en terre et une autre qui sera la future tige de votre plante : pour la différencier celle ci sera légèrement rose et plus épaisse (voir photos plus bas)

Ne pas oublier de pincer le haut des feuilles pour renforcer la croissante de la plante et éviter que la plante ne s’étiole trop, étape à effectuer lorsque la plante aura au moins quatre grosses feuilles 😉


▶ Étapes d’évolution de votre futur avocat

  • le noyau se fend
  • une racine puis une tige apparaissent
  • enlever la pellicule marron et mettre en terre le noyau
  • placer le pot à la lumière sans soleil direct
  • vaporiser chaque jour légèrement
  • quand la plante a bien poussé pincer la tête
  • profiter de votre nouvelle plante verte

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

SUIVRE CHAT POUSSE AILLEURS SUR LE WEB

PLANTES : Sauvetage Calathéa + Recette anti nuisibles

Voici une recette maison contre les moucherons, cochenilles, pucerons et même le mildiou parait-il 😉

Depuis plusieurs mois je vaporise régulièrement ce mélange sur le substrat de mes plantes vertes afin d’éradiquer les moucherons de terreau et cela marche plutôt bien.

J’ai également utilisé cette potion magique pour le sauvetage d’une Calathéa Roseopicta Dottie, bien mal en point, que j’avais troquée. Je précise que je mets quasi tout le temps les nouvelles plantes que je reçois en troc en petite quarantaine : pendant 2/3 jours elles sont de côté, et loin de mes autres plantes, afin de les observer et de les laisser un peu tranquille avant un éventuel rempotage.

J’ai donc appliqué cette règle à cette petite Calathéa et j’ai carrément bien fait : elle était habitée par des bestioles blanches, peut-être de cochenilles farineuses ou des Aleurodes, ses feuilles très abimées et recroquevillées présentaient également des tâches noires m’évoquant un fumagine (champignon transmis par les envahisseurs).

– AVANT –


Il était urgent d’agir, aussi voici comment j’ai procédé pour ce sauvetage :

  1. j’ai dépoté la plante, enlevé et jeté le substrat dans un sac
  2. Passé sur chaque feuille dessus/dessous + tiges un coton tige imbibé d’alcool ménager
  3. Au passage j’ai enlevé chaque bestiole bien sûr
  4. Ensuite j’ai rincé la plante y compris les racines (douche eau tiède)
  5. J’ai rempoté dans un nouveau substrat adapté
  6. Coupé au sécateur les feuilles les plus touchées
  7. Enfin une pulvérisation générale du mélange anti bestioles, voir recette plus bas
  8. Nettoyage des outils et matériel à l’alcool
72H après elle commence franchement à aller mieux, je continue de la doucher régulièrement et de scruter une éventuelle rechute, aussi elle reste en observation dans la salle de bain avant d’intégrer le coin de ses copines Calathéas et Marantas.

– APRÈS –

🌿 ET VOICI THE RECETTE

  • 1 litre d’eau
  • 1 cuillère à soupe d’huile végétale
  • 1 cuillère à soupe d’alcool ménager
  • 1 cuillère à soupe de savon noir
  • Mélanger le tout, verser dans un vaporisateur et c’est tout !

– Voir mes autres recettes ICI

 

DIY : Déco & Recettes de Pâques

Tout d’abord j’espère que vous allez bien, ainsi que vos proches, je ne sais pas pour vous mais ce confinement me permet de laisser libre cours à une certaine créativité et de profiter d’un rythme encore plus slow (lent) qui me plaît bien.

Lors d’un énième tri j’ai retrouvé des décorations de Pâques que j’ai depuis que nous habitions en Allemagne au début des années 90’. Pour preuve voir en exclu mondiale une photo de ma fille et moi-même prise à Fribourg/Freiburg 🤗

En tout cas je ne sais pas pourquoi cela m’a inspiré et j’ai eu envie de faire une décoration pour ce week-end Pascal. Je précise que je n’accorde pas d’importance au côté religieux de cette fête car je ne suis pas croyante et que je n’aime pas que les fêtes diverses soient trop souvent prétexte à une surconsommation excessive.

En revanche j’aime bien le côté « ritualisation » des fêtes qui marquent une saisonnalité et donnent un repère dans le temps, chose dont nous avons particulièrement besoin en cette période de confinement !

Revenons donc à ce « ConfiPâques 2020 » pour lequel je me suis amusée à créer une scénographie 100% récup maison :

  • Un arbre de Pâques, fait avec les mêmes branches que j’avais utilisé à Noël
  • Un hôtel à insectes relooké en version printemps
  • Des coquilles d’œufs dans lesquelles j’ai fait pousser des graines d’herbe à chat et dessiné un personnage qui m’a fait penser à Wilson dans le film Seul au monde ! Vous ne trouvez pas ?

 

Quelques précisions sur les traditions de Pâques :

L’Alsace et la Moselle ont développé certaines traditions de Pâques que l’on ne trouve nulle part ailleurs en France, ceci étant dû à l’histoire et au régime particulier de ces régions.

Le Lapin de Pâques : ce ne sont pas les cloches qui portent les chocolats mais le lapin ou lièvre de Pâques, Osterhase de l’autre côté du Rhin.

On fabrique un arbre de Pâques avec des branches glanées dans la nature, cet arbre symbolise le renouveau de la nature, le cycle de la vie, la résurrection du Christ pour les croyants. On confectionne aussi également des nids qui seront installés dans le jardin ou la maison afin d’y recevoir les œufs et chocolats.


ON PASSE EN CUISINE !

Quitte à sortir le grand jeu, et parce que j’ai aussi conservé des moules spéciaux vintages, j’ai préparé deux gâteaux typiques qui se font dans l’Est de la France et en Allemagne, pour Pâques :

  • L’agneau Osterlammele ou Lammele dans le Bas-Rhin, Lamala dans le Haut-Rhin
  • Le lapin ou Osterhase

Suivant la tradition ces gâteaux, à la consistance proche de la génoise, se dégustent lors du petit déjeuner de Pâques. A noter : on peut les préparer la veille et les conserver dans une boite en métal ou style TUP 😉

 

🐑 Voici la recette en vidéo